Exposition itinérante


1. Une chronologie visuelle, outil de datation des caractères,
expose l’expression graphique de Roger Excoffon ainsi
que l’évolution du langage formel et comercial de la fonderie.
Sélection d’une trentaine d’annonces presses diffusées entre 1948
et 1960 (reproductions agrandies), ponctuées par des dates composées dans les caractères correspondants.

2. La fonderie Olive retrace l’histoire de l’entreprise.
Couvertures et pages intérieures de spécimens (reproductions agrandies). Une vitrine contient des documents historiques rares (facture du xixe
siècle, spécimen Olive de 1946…) tous témoignant de l’activité commerciale.

3. L’épigraphie illustre la portée populaire de l’œuvre.
Lettres en métal issues d’enseignes et 6 photographies d’enseignes.
+ « Bancorama », appel à contributions lancé en 2006 afin de récolter
des traces typographiques d’Excoffon provenant du monde entier
(environ 150 images à ce jour sur un pdf qui tourne en boucle).

4. Des éléments biographiques.
Un portrait photographique accompagne une chronologie personnelle.

5. Cinq vitrines présentent la genèse, le développement
et la diffusion des caractères.

Elles contiennent des dessins (esquisses sur calque ou fac-similés de dessins d’exécution sur cartes à gratter), des maquettes d’étude, des bromures d’essai, des caractères en plomb (dont certains très rares), en bois, en celluloïd (importance des matériaux pour le design des caractères), des spécimens, des revues de l’époque et des objets divers reliés à ces caractères… (Vendôme ; Banco ; Mistral ; trois scriptes : Mistral, Choc, Diane ; Calypso et Antique Olive)

Commissariat d’exposition:
Sandra Chamaret, Julien Gineste
et Sébastien Morlighem
Scénographie et production : Grand ensemble
Diffusion : Interstices

École Supérieure d’Art et de design d’Amiens
Surface totale d’exposition : 90 m2
Hauteur sous plafond : 3,18 m


Nouvel accrochage à l’École régionale des beaux-arts de Valence en mai 2011.
La scénographie est repensée pour une version itinérante et légère. Les reproductions sont imprimées sur un support non tissé indéchirable et suspendues sur des ficelles tendues. Les dates découpées dans du médium sont collées.
Ici, la cimaise permet de distinguer deux espaces : la chronologie publicitaire et les caractères, puis l’histoire de la fonderie.


École régionale des beaux-arts de Valence
Surface totale d’exposition : 95 m2
Hauteur de la cimaise : 3,05 m

Dossier complet à télécharger.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :